24 avril 2008

51 - Alors, content

51 - Alors, content?     Josy avait été transportée en urgence à Lariboisière : le couteau avait juste glissé sur la carotide, sans l’entamer, et seule la pointe avait un peu abîmé le cou, à la base de l’oreille. Le pronostic était donc plutôt pas trop merdique, et le chirurgien qui la recousit essaya de lui faire des points serrés tout fins tout menus, histoire que sa cicatrice finisse, avec l’âge, par se confondre avec la fameuse ride du cou, qui fait bien chier les femmes à l’approche de l’époque ridale ! Josy... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 avril 2008

52 - Toujours jamais

52 - Toujours jamais     Comme Loïc l’avait indiqué lors de son interrogatoire, et que Josy le confirma au réveil de son opération, l’homme au bras planté portait une perruque et, vraisemblablement, une barbe postiche. D’ailleurs la perruque avait tourné lors de la bagarre avec Josy, et Loïc n’aperçut que la moitié d’un visage barbu, auquel il fut bien incapable de donner un âge ou un signalement. Tout juste Josy et lui s’accordèrent-ils à lui trouver une corpulence forte pour une taille plutôt moyenne. Bref, le... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 mai 2008

On bosse pas le 1er mai.Rendez-vous lundi 5 mai. SPT & BRISCARD
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2008

53 - Avec l’accent

53 - Avec l’accent     Loïc Lekervelec avait menti à Garrin. Oh, pas un gros mensonge, mais tout de même. En fait, c’était un demi mensonge : pour le coup de la perruque du mec au couteau planté, et bien la perruque n’était pas à demi tournée. Elle n’était pas tournée du tout. Ce qui fait que c’était un demi mensonge. Loïc mettait parfois en œuvre des manières de raisonnement qui sans être tout à fait de l’ordre du sophisme, tutoyaient quand même la mauvaise foi, surtout quand il s’agissait de justifier ses... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 mai 2008

54 - Sans tête

54 - Sans tête     L’inspecteur Garrin informa le juge Teurman de la fin de non recevoir qu’il avait reçu du procureur, et en profita pour lui demander s’il continuait de garder Vlad, vu que son acte d’accusation s’était vidé plus vite que le CCP d’un smicard en décembre. Le juge ne trouva pas grand-chose à y opposer, sinon qu’un petit passage par la case psychiatrie ne lui paraissait pas superflu. Garrin lui dit qu’il allait voir s’ils pouvaient l’prendre en médecine de jour à Lariboisière, et qu’il aviserait... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 mai 2008

55 - Huit lignes

55 - Huit lignes     C’est l’inspecteur Bouffignac, finement surnommé Bouffi, du commissariat central du vingtième, place Gambetta, qui appela son collègue Garrin. Ils avaient sur les bras, lui dit-il en substance, une jolie jeune femme à laquelle un malade avait coupé la tête. Signe particulier : le trancheur avait opéré, selon le légiste, au moyen d’un couteau, genre cuisine ou poignard de chasse dentelé. Du coup, vu l’histoire du Bourreau d’la Butte, Bouffi s’était demandé si ça intéresserait pas Garrin... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [11] - Permalien [#]

15 mai 2008

56 - Le bout du bout

56 - Le bout du bout (à suivre)     Pendant que se déroulait cette passionnante conversation, Loïc Lekervelec, assis à la terrasse du Nord Sud, qui avait sorti ses tables aux premiers rayons d’avril, regardait passer les filles, dont certaines avait osé les jambes nues. Soucieux, il repensait au barbu… Quand même, il aurait dû en parler aux flics… Mais il pouvait se gourrer aussi ; Et puis, il préférait essayer de régler ça tout seul : il avait trop à perdre en allant se... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 mai 2008

57 - Soudain dangereux

57 - Soudain dangereux     Loïc savait qu’en s’exhibant ainsi au Nord Sud, il courait le risque de voir Toussaint débouler pour lui faire la peau… Mais le plaisir des premiers rayons de soleil sur Montmartre, et la perspective de pouvoir, enfin, tirer un peu de blé de ce putain de lavis noir, lui faisait trouver la vie légère et le danger grisant. Bref Loïc continuait de se comporter comme un gros naze, et il en était heureux.     Pourtant ce ne fut pas Toussaint, qui pointa son museau le premier, à la... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 mai 2008

58 - Edouard

58 - Edouard     Depuis que Lekervelec lui avait sorti une histoire à sa façon, comme quoi Toussaint l’Haïtien avait été le propriétaire d’une superbe navaja qui, justement, avait servi à tuer la première victime du Bourreau d’la Butte, et que les autres crimes ou tentatives, ressemblaient foutrement au premier, Fabio ne pensait plus qu’à avoir un petit entretien amical avec l’antillais. Bien sûr Loïc avait un peu omis de rappeler la cession de la lame à Miche, et avait seulement laissé entendre que Toussaint... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 mai 2008

59 - Sans barbe

59 - Sans barbe       L’inspecteur principal Garrin était perplexe en quittant Josy: visiblement l’émotion qui l’avait envahi était partagée, et il avait un peu honte d’avoir, en quelque sorte, abusé de sa position de fouille merde assermenté, pour la p’loter sans vergogne et la questionner sans retenue. N’empêche : ce qu’il avait recueilli sur Loïc Lekervelec le confortait dans le sentiment que toute cette histoire tournait autour du pseudo peintre… Ses relations avec le punk, avec Fabio, et même avec Lulu... [Lire la suite]
Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]