31 mars 2008

44. Zé lé toue

ze_le_tou

44. Zé lé toue

à suivre

    A sa sortie de la Maison Poulaga, Lekervelec prit plein de bonnes résolutions. Petit un, il allait jouer franc jeu avec Lulu et Fabio. Mieux valait leur manger le morceau complet, quitte à perdre le vrai Van Dongen, plutôt que la vie, en continuant à jouer au con avec de vrais malfrats dangereux. Petit deux, il allait envisager de mettre du mou dans la corde à nœuds de ses relations avec Josy. La gamine ne le faisait plus bander depuis un petit moment, depuis très précisément ce moment où il avait sauvagement convoité Elo. Du coup il la trouvait boulet grave, souvent et beaucoup. En plus elle n’avait plus une thune dispo, alors… Petit trois, enfin, il allait voir à se retirer un moment au vert, dans sa Bretagne natale, histoire de se faire oublier, de se requinquer et de se mettre à peindre sérieux. Loïc avait raison de vouloir prendre sa destinée en mains. Sauf que sa destinée, elle était déjà en mains. Mais pas les siennes.

    Pour Fabio, par exemple, et bien sa destinée, à Loïc, elle était déjà toute tracée : le rital voulait lui causer, et il lui causa. Fabio lui fit passer un message sans ambiguïté, via Josy : « Tou lui dit que zé veux lé voir chez moi, domani… Capito ?... ». Josy - pauvre agnelle - s’acquitta de sa mission d’autant plus volontiers que ce gros pourri de Loïc, venait de lui faire part de son largage d’amarres ; il lui fut plaisant de penser que Fabio, vu le côté comminatoire de sa requête, allait être désagréable avec celui que désormais, au fond de son cœur, elle ne désignait plus que par Lekervémerde ; car Josy, qui avait mal pris le plaquage sournois de Loïc, avait mal à l’amour. Pauvre agnelle.
    Comme Josy lui avait très soigneusement rapporté les propos, et le ton, de Fabio, Loïc Lekervelec décida que son libre arbitre lui imposait de se rendre à la convoc’ du calabrais. Aussi, le lendemain de la demande en question, il sonnait ding dong à une porte sur laquelle une plaque dorée, de bonnes dimensions, indiquait : « Fabio Nera - Art & Religion - Achat, Vente & Expertise ». La personne qui ouvrit la porte n’était peut-être pas experte en religion, mais par contre elle avait dû obtenir son diplôme de poufiasse avec mention très très vulgos et main au cul du jury.
    C’était une vraie brune toute blonde, la racine faisant foi, sobrement vêtue d’un chemisier fuchsia, malheureusement trop petit de deux tailles, puisqu’ aussi bien ses seins jouaient «coucou c’est nous» sous l’œil mouillé de Loïc, d’une jupe noire Ralatouf, beaucoup moins large que son ceinturon de cuir, et de Stilettos Mirna Gold de douze centimètres, dont la bride dorée qui tenait son pied laissait apparaître des ongles peints dans un rouge Ferrari, qui signait la citoyenneté de la dame. Bref, de la poule de luxe ! Elle fit entrer Lekervelec dans un salon un peu plus grand que la place de la Concorde, et Loïc, tout ému du slip, balbutia :
    - Euh… J’ai rendez-vous avec Monsieur Nera…
    - Fabio ! C'è qualcuno per te ! hurla la dame, en tirant sur sa jupe histoire de cacher pudiquement sa culotte noire dentelée de rouge. Fabio se pointa, enveloppé dans une veste d’intérieur en satin rouge, bordée de noir , probablement pour s’assortir à la culotte de Madame, portée avec assurance sur un pantalon de lin blanc qui tombait impeccablement sur des mules en cuir blanc. Loïc, qui était facilement impressionnable, ne put s’empêcher de penser que « merde, quand même, ces ritals, putain, ils ont la classe, merde ». Fabio s’adressa à la radasse :
- Vai alla cucina, Gina ! Zé à causer avec mon ami Loïc… Tou vas bene, Loïc ?...
Gina sortit de la pièce en roulant du cul ; Fabio arborait un sourire franc comme celui d’un vendeur de bagnoles d’occasion :
- Elle est bella, hein, ma Gina ? Tou la régardes comme oune moine concoupiscent, hein ?... Ma, zé té préviens : célui qui la touche, zé lé toue.

Posté par dinan à 01:01 - Commentaires [10] - Permalien [#]


Commentaires sur 44. Zé lé toue

    aie Loic va encore se mettre dans la merdia.

    Posté par stephan, 31 mars 2008 à 09:23 | | Répondre
  • Loïc se tâte
    Loïc se méfie
    Loïc se hâte
    Il rentre chez lui
    Loïc a toujours évité les ennuis
    Loïc se hâte
    Se méfie

    Posté par happy T, 31 mars 2008 à 15:43 | | Répondre
  • Loïc se tate... il a bien raison: on est jaamias aussi bien servi que par soi-même!

    Posté par Briscard, 01 avril 2008 à 15:44 | | Répondre
  • Bien vu, HT, les mots des Rita pour accompagner les maux du Rital, ça donne un petit coup d'L! Bon, je vous retrouve avec plaiz, les djeuns, (enfin surtout HT!)après un black out de 3 chapitres mais c'est sympa de se les avaler en une fois (Briscard, trouve autre chose, je te vois venir! )

    Posté par Kiki, 01 avril 2008 à 17:27 | | Répondre
  • Mais j'ai rien dit moi!...

    Posté par Briscard, 01 avril 2008 à 18:02 | | Répondre
  • alors l'agnelle à 60 000 elle a mal à l'amour par la faute à Lekervémerde (c'qui est plutôt bien trouvé, comme avoir mal à l'amour ça permet d'être créatif) ? D'ailleurs stepf si j'en crois la pauvre agnelle, Loïc va pas se mettre dans la mierda mais il EST la merdia (comme sylverster stalonne EST john rambo)
    Sinon, s'cusez mon provincialisme mais c'est quoi des Stilettos Mirna Gold ? Le ch'misier trop p'tit, j'imagine, la jupette de radasse ok mais alors les Stilbidule Gold... ça m'évoque rien et vu qu'ça fait que 12cm j'me dis qu'ça peut pas être un god porté en pendantif... bon bref sinon j'me pose la question d'savoir si la meuf là, Gina, ouais si ce s'rait une copine (de style en tout cas) à cette collègue à Vébé qui nous f'sait marrer avec ses mulles et sa robe fendue jusqu'aux aisselles.
    bon allez il est tard et demain j'embauche tôt ! misère, misère...

    Posté par Statler, 01 avril 2008 à 22:36 | | Répondre
  • Stat', juste pour ton édification (et celle d'autres un peu, aussi, sûrement): http://www.stilettoshoesonline.com/bcbgmirnagold.html

    Posté par Briscard, 02 avril 2008 à 00:26 | | Répondre
  • Bon alors c'est une merde.
    Vous êtes durs avec ce pauvre type, bon pas très correct d'accord, c'est une fiction poulbot aussi.
    Très bon les chaussures de pouf.

    Posté par stephan, 02 avril 2008 à 10:47 | | Répondre
  • Loïc Lekervelec: l'homme que vous auriez aimé haïr! Et plutôt version Poulmoche...

    Posté par Briscard, 02 avril 2008 à 10:57 | | Répondre
  • Loîc ,réveille toi,ils sont devenu fou!

    Posté par happy T, 02 avril 2008 à 15:21 | | Répondre
Nouveau commentaire